Plan Q à 3

Vous cherchez un plan Q à 3 ? Amisexe est là pour vous !

 

Le club habituel. Jeudi soir, une étrange nuit pour venir ici. Pas le vendredi classique où l’on peut se perdre en enfer sans craindre le réveil, mais même pas un lundi rigide et fugace où il est impossible de se livrer à quelques vices supplémentaires à l’aube de la semaine.

Aujourd’hui était un jour entre le pourquoi et le parce que, une expression que j’utilise souvent pour exprimer ce que je ressens lorsque les limbes semblent prendre le dessus, lorsque l’impasse rend la routine moins vivante. C’est pour cela que je suis venu au club. Pour sortir du purgatoire où j’ai passé les dernières heures, pour éveiller les sens. Ou de rester sur la touche pendant un moment et de m’occuper de mes propres affaires.

La salle de bal est bondée mais pas bondée et je suis sur la touche. Je n’aime pas être le centre de l’attention, même si je passe rarement inaperçu. Je porte mon masque de plumes noires, une robe fourreau bien ajustée avec un décolleté profond dans le dos et une paire de gants en satin noir. L’atmosphère rock fait que ma robe fourreau est un peu hors contexte, mais je n’avais pas beaucoup d’alternatives après avoir quitté le bureau.

Je ferme les yeux et me balance au rythme de la musique, de petits mouvements, amplifiés dans mon imagination.

“Voulez-vous un verre ?” Je me tourne vers l’instinct. À côté de moi, il y a deux hommes : cheveux noirs, chemise sombre, je dirais du même âge que moi. Ils portent aussi un masque, ils ont une physicalité très similaire et pendant un instant, je suis excité par l’idée qu’ils sont jumeaux.

Allons au comptoir et je vais commander comme d’habitude. Les deux gars continuent à siroter des margharitas. Nous échangeons quelques mots parce que nous n’avons pas besoin de beaucoup de plaisanteries. Pas de “que faites-vous ici”, “que cherchez-vous”. Contrairement à la vie quotidienne ici, tout se passe de manière simple. Vous vous regardez, vous sentez s’il peut y avoir un bon sentiment. Et puis tu baises.

L’odeur des deux hommes est bonne et en buvant, ils se rapprochent de moi. Je commence à sentir la chaleur de leur corps. Ils sont sur le point de m’effleurer le cou, un par un, lorsque je m’avance et que je leur dis de me suivre. Je n’aime pas faire de tout le monde un spectacle.

Je descends le couloir principal et je me rends dans une pièce privée vide. Je veux en profiter, mais je ne sais pas encore comment. Je me demande si le duo en face de moi a un peu de fantaisie en tête pour me taquiner ou si nous allons nous retrouver dans la baise alternée habituelle.

Je n’attends pas qu’ils fassent le premier pas : je commence à masser leur rabat pour sentir leur bite. Je veux le sentir dur, prêt. Je les attrape par la ceinture, et je vais les approcher de moi pour me sentir serré entre leurs corps. Je mets mes mains dans leur pantalon et je prends les deux bites dans ma main. Je ne sens pas la peau lisse et veinée parce que mes gants noirs sont un intermédiaire au toucher.

Je les tire vers moi et pendant que je suis assis sur le lit, je les prends dans ma bouche, tous les deux, en essayant de les lécher au maximum, je veux me battre pour eux. Leurs bites ont bon goût, je les lèche avec l’envie d’explorer chaque centimètre de leur peau. Les deux hommes utilisent leurs mains pour jouer avec mes cheveux longs, ils les tirent doucement, ils guident le mouvement de ma tête pour me faciliter le passage entre les deux pôles.

Je me suis laissé tomber à l’envers sur le lit, maintenant je veux qu’on s’occupe de moi. J’ai du mal à distinguer l’un de l’autre alors que le premier soulève la jupe de ma robe fourreau et pose sa langue sur ma chatte en commençant à la goûter. Il a faim et avec un jeu de langue et de lèvres, il me mord avec des mouvements circulaires. Je ferme les yeux pour ressentir toutes les sensations et quand je les ouvre, le deuxième jumeau est assis sur mon visage dans une sorte de face-à-face. Ses couilles entrent dans ma bouche alors que je trouve son cul sur mes yeux. La première fois qu’un homme s’assoit sur mon visage, je le fais généralement.

Je ne pense pas trop. Entre mes cuisses, il y a une explosion d’humeurs et ma bouche est occupée à bercer les couilles gonflées de l’homme pendant qu’il palpe mes seins en les trayant avec ses mains malgré la gaine qui me recouvre encore. Il a de grandes mains et mes seins en forme de poire sont serrés par sa prise alors que la situation change à nouveau, même si je ne peux que constater qu’il ne voit presque rien de cette position.

Le jumeau qui me léchait la chatte s’arrête un instant et… et… et puis il reprend mais… à l’envers. Quand je sens sa langue se balancer entre mes jambes, je sens l’autre homme bouger. Elle le baise. Pendant qu’il me lèche la chatte, le gars qui me presse le visage me tape sur les couilles en me les faisant pendre. À certains moments, je peux voir la pénétration de près et entendre les deux gémissements. Il n’est pas facile de garder son équilibre dans cette situation.

Je veux que ce soit à nouveau mon tour. Les deux continuent à se baiser jusqu’à ce que je me lève pour pousser les jumeaux vers le lit. Ils ont tous les deux mis un préservatif et le premier m’a attrapé à quatre pattes. Il me fait asseoir sur sa bite et me baise fort, érotiquement, sans exagération. L’autre me regarde maintenant et avec ses doigts, il humidifie mon trou de balle pour que ma peau reste à l’étroit. Quand leurs bites sont toutes deux en moi dans une double pénétration de rêve, je sens mon corps pris par le plaisir le plus intense alors que nous nous déplaçons à l’unisson. Mon orgasme arrive fort et éclatant alors que le sexe des jumeaux est prêt à jaillir. Mais ce n’est pas ce que je veux. Je veux jouer à nouveau. Je glisse leurs oiseaux et j’enlève mes gants noirs. Je les emballe et les mets dans leur bouche. Un gant chacun pour fermer leur bouche et les mettre à quatre pattes côte à côte. Je me mets derrière eux et je mets deux doigts dans le cul de l’autre. Je baise mes deux petits jumeaux avec mes mains. Je me mets dans leur cul et je les baise en écoutant leur plaisir. Quand j’augmente le rythme, ils jouissent tous les deux à l’intérieur du préservatif.

Nous nous allongeons sur le lit, épuisés à nouveau, avec leurs orgasmes respectifs qui palpitent. Je souris et je reprends mes gants noirs. La robe fourreau est encore intacte, juste un peu froissée. Nous portons tous encore le masque. Peut-être nous reverrons-nous. Peut-être que nous ne le ferons pas. Honnêtement, je m’en fiche.

Vous aussi vous pouvez vivre un plan Q à 3 grâce à Amisexe

Admin

Related Posts

Plan cul soumission

Plan cul fétichiste

Plan cul adultère

Plan cul avec la patronne

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code