HOME - Amisexe.ch

Amisexe.ch

0906 000 125 Fr. 2.-/appel + Fr. 2.-/min

HOME

Il s’en passe des choses dans notre site internet. Notre vocation est aussi de créer des rencontres sexes de milles manières et nos internautes nous en racontent beaucoup !

Rencontre sexe

Je n’ai jamais été une passionnée de gymnastique, du moins à l’époque, étant à l’âge du développement physique, j’avais déjà un corps de femme avec des courbes au bon endroit, mais je me suis quand même inscrite, par curiosité, à une salle de sport qui avait ouvert récemment non loin de chez moi, peut-être par curiosité de voir qui la fréquentait, peut-être parce que, j’avais entendu des rumeurs selon lesquelles c’était une salle de sport réservée aux hommes, j’étais convaincue de l’essayer. Même si mon apparence était très féminine, je suis toujours resté un garçon, et même si au moment de l’inscription, l’homme d’âge moyen, me regardait avec suspicion, n’avait pas de problèmes pour m’inscrire en payant une cotisation, et en me donnant une brochure avec les heures d’ouverture et les différentes techniques de gymnastique que je pouvais choisir. constatant que le lieu était ouvert jusque tard dans la nuit, j’ai choisi de faire ma première visite au lieu, juste vers le soir, peut-être avant l’heure de fermeture, où j’espérais trouver moins de monde et plus “d’intimité”. L’instructeur, un colosse du nom de Rudy, de près de deux mètres de haut avec un physique d’athlète, m’a accueilli chaleureusement, et après avoir changé mon vestiaire, avec mon costume très 80’s Stretching, bande d’éponge rose sur le front, cheveux attachés en queue, maquillage, le costume n’était rien d’autre qu’un simple justaucorps intégral, qui se terminait sous mes parties intimes. avec l’encolure devant et derrière, et les bretelles classiques pour garder le tout, des chaussures de tennis blanches avec du para caoutchouc en dessous, des chaussettes en éponge de couleur fluorescente très années 80. Des bracelets en éponge sur les poignets, toujours rose vif comme toute la tenue. On ne peut pas dire que je n’avais pas l’air comme ça, mais étant exhibitionniste, j’aimais être regardée et j’étais bien comme j’étais. J’ai vu que Rudy, l’entraîneur, a lui aussi apprécié, en fait, il m’a complimenté sur ma tenue en me donnant une tape sur les fesses, ce qui m’a fait sauter. c’était sa façon d’interagir, et j’ai vite appris à ne plus faire attention, bien qu’à la première tape, je l’avais très mal regardé. Heureusement, j’avais choisi le bon moment, car je suis entré avec Rudy dans le gymnase, une salle longue et large remplie d’équipements de gymnastique, je n’ai vu que quelques garçons transpirer sur les bancs en soulevant des poids, un autre était sur un tapirouland en train de courir en bouffant, et un monsieur d’une cinquantaine d’années, avec un lard criard, essayant de le faire tomber, transpirait avec des exercices abdominaux. Tout l’endroit sentait la sueur, évidemment nous n’étions pas là pour faire du parfum mais pour transpirer et raffermir le corps, c’était logique qu’il transpire beaucoup.

Un homme pour du sexe !

J’ai demandé à mon instructeur, quelle était ma première tâche, il m’a bien regardé et m’a dit que, heureusement pour moi, je n’avais pas besoin de me raffermir, étant donné que j’étais déjà en forme pour mon âge, mais étant donné que j’étais très mince, cela ne me ferait pas mal, renforcerait un peu mes muscles. Alors il m’a fait partir du Tapis rouland, il l’a allumé près du garçon qui transpirait depuis un bon moment, et j’ai commencé ma course, attaché au guidon, j’ai regardé autour de moi, le bedeau me regardait en souriant et plusieurs fois il m’a salué avec sa main. Je lui ai répondu une seule fois, puis je l’ai ignoré pendant le reste de la séance. Je me suis plutôt concentré sur l’instructeur Rudy, je l’ai mieux regardé, il devait avoir la trentaine, la quarantaine tout au plus, c’était un beau gars, athlétique, musclé, cheveux courts, visage lisse sans barbe ni cheveux sur le corps, très lisse, avec une paire de boxer et un débardeur moulant, ce qui faisait ressortir ses pectoraux sculptés. Je n’ai jamais aimé les Palestiniens, je dois être honnête, mais ce type, je ne sais pas pourquoi, a attiré ma curiosité. Parfois, il a remarqué que je le regardais, et à ce moment-là, j’ai tourné la tête ailleurs, en faisant semblant de l’ignorer, mais j’ai peur qu’il ait remarqué que je le regardais. Après le tapis roulant, il a touché mon banc abdominal, s’allonger et se lever était fatiguant, je n’étais pas souvent fatigué physiquement, et je me suis vite fatigué, en essayant plusieurs fois de reprendre mon souffle et de me reposer. Inutile de dire que dès que Rudy m’a vu m’immobiliser, il s’est mis sur mon dos pour me faire reprendre l’entraînement sans s’arrêter. il était gendarme à cet égard. l’homme au ventre retournait au vestiaire, et en se dirigeant vers la porte, il n’arrêtait pas de me fixer, je l’ignorais, les deux autres gars travaillaient encore dur. Rudy s’est approché de moi et m’a fait arrêter l’exercice, “OK, ça suffit pour ce soir, je dois fermer… tu l’auras la prochaine fois”, a-t-il dit, pendant que je prenais ma respiration. Je transpirais, les poils de la longue queue, ils étaient collés à mon dos, le maquillage avait presque complètement disparu de mon visage. J’ai pris ma serviette et, les jambes me tenant à peine, je me suis dirigée vers les vestiaires, où je prenais une bonne douche régénératrice avant de sortir et de rentrer à la maison. Elle avait fait un certain travail et j’étais très fatiguée par le dur labeur que j’avais accompli. Lorsque je suis arrivée dans les vestiaires, j’ai vu le gros homme qui était déjà habillé et prêt à sortir et qui m’attendait, il m’a saluée pour la première fois de sa voix. Je lui ai répondu avec un demi-sourire. “Il t’a écrasé, hein ?” dit le gars, en référence au dur labeur qu’il avait accompli. Je lui ai dit : “Oui…” J’ai dit : “Je n’ai pas l’habitude de travailler comme ça…” “Toute la santé…”, a-t-il répondu. Je l’ai regardé et j’ai souri, en sortant ma robe de chambre de mon sac et en me dirigeant vers la douche vide. À ce moment-là, l’homme a sorti sa carte et a dit : “Je peux…”. J’allais lui donner un savon sec… Non, mais je me suis dit que ça pourrait être amusant après tout, qu’après une telle lutte, un peu de distraction ferait beaucoup de bien, alors j’ai dit : “Pourquoi pas ? L’homme ne m’a certainement pas laissé le répéter, il a enlevé son manteau, s’est mis en caleçon et s’est déshabillé presque nue, en un éclair, et s’est précipité avec moi dans la douche. Quand j’ai enlevé mon costume et que je suis restée nue, détachant mes très longs cheveux, l’homme ne s’est pas retenu, il m’a complimenté : “Tu es magnifique, tu as un vrai corps de femme”. Je l’ai remercié, pendant que je faisais couler l’eau chaude, et j’ai commencé à me mouiller. L’homme s’est avancé avec le savon, d’abord timidement, puis à pleines mains, il a commencé à me masser le dos, en descendant le long de mes hanches, de mes cuisses et s’est attardé longtemps sur mes fesses. Ses mains avec le savon, elles n’étaient pas du tout indifférentes à moi, et ma belle queue n’avait pas durci par hasard, l’homme l’a vue, l’a prise dans ma main, laissant tomber le savon et me masturbant en me tenant. J’ai commencé à gémir les yeux fermés, pendant que l’homme me lâchait aussi en me mettant sa bite dure dans les mains, on s’est masturbé et on a bu en quelques secondes. sans même se soucier de Rudy ou des deux autres gars qui étaient encore dans le gymnase pour finir l’entraînement. L’homme s’est immédiatement éloigné de moi, sortant du jet d’eau, séchant rapidement, a dit qu’il m’attendrait à l’extérieur des vestiaires. J’ai fini de me laver, de sécher, de mettre mes vêtements et je suis finalement sorti des vestiaires, où les deux gars entraient maintenant après l’entraînement. Je suis tombé sur Rudy, qui m’a fixé du regard, de peur qu’il nous attrape sous les douches, et j’ai craint une grosse bite, mais le grand musclé, il a ri fort, m’a donné la tape habituelle sur le cul, et m’a dit : “À la prochaine. “J’ai quitté le gymnase à la tombée de la nuit, l’homme m’a proposé de me conduire dans sa voiture, j’ai accepté, c’était un homme bon, bien qu’il ne soit pas un Adonis, il était un peu amaigri, pas de barbe, il portait des lunettes, et même s’il avait un gilet à faire tomber, pour le reste ce n’était pas un homme laid, il avait une belle bite longue et dure, et sous la douche je l’avais bien tenue dans ma main, en la sentant. arrivé sous ma maison, je l’ai invité à monter, il a évidemment accepté. J’ai regardé l’heure, il était à peine 22h30, pas très tard. j’ai fermé la porte de la maison, je l’ai emmené visiter ma chambre avec le lit double. là sans avoir besoin de dire autre chose, nous nous sommes déshabillés, nous avons mis le lit, et nous avons commencé à nous y mettre. l’homme semblait de mauvaise humeur, il m’a embrassé passionnément sur la bouche, avant de m’offrir à nouveau sa belle bite pour une grande pipe, ce qui l’a presque fait s’éviscérer à nouveau. J’ai sorti le préservatif d’une petite boîte que je n’ai jamais vraiment utilisée, à côté du lit sur la table de nuit de droite, et j’ai vu l’homme un peu contrarié, il s’était tordu le nez, alors je lui ai demandé : “si vous nous faites confiance, nous ne l’utiliserons pas… pour moi, ça ne change rien”. L’homme n’en voulait pas après avoir hésité un moment, et nous l’avons laissé dans la petite boîte encore pleine.

Mes fantasmes, mes fantasmes et rien que cela

À l’époque, j’étais comme ça, je me fichais de tout ce qui pouvait m’infecter, et le sida n’était pas encore une terreur comme il le devint quelques années plus tard. Il me fit me retourner et je m’allongeai sur le côté au milieu du lit, le bras plié, il se tint derrière moi, levant la jambe, et lentement, il me fit glisser sa grande chapelle, à l’intérieur du cul qui l’accueillait doucement en entrant jusqu’à ses couilles poilues. Je soupirai, je tournai la tête et nous nous embrassâmes. L’homme fit son devoir de mâle et commença à me frapper d’avant en arrière pendant que moi, les yeux fermés, dans la faible lumière de l’abajour, je jouissais comme une vache. En allant à la gym à la fin, ça s’est avéré être une bonne chose que je me suis dit, tout en gémissant de plaisir. L’homme, bien que n’étant pas une Taureau, savait vraiment bien baiser, et semblait aussi résistant, ce que je n’avais pas cru quand dans la douche il est venu presque immédiatement, là au contraire, durait beaucoup. j’avais un téléphone sans fil juste au-dessus de la tête de lit, qui s’est mis à sonner. qui cela pouvait-il bien être à cette heure-là, me suis-je demandé ? pas même un instant, je pouvais penser que c’était ma mère, puisque nous ne nous sommes jamais sentis à cette heure tardive, sauf en de rares occasions. sans que l’homme ne s’arrête, j’ai tendu le bras droit, pris le téléphone et répondu. Pro…ntooo… ?’ Une voix qui m’est familière, elle m’a fait reconnaître tout de suite ma mère. Il semble qu’elle avait un Radar qui m’appelait chaque fois que je me faisais botter le cul par un homme. “Salut, Cara, je lui ai dit : “Comment vas-tu ?” Maman a dit qu’elle pensait juste à moi, mais elle n’imaginait pas que je pourrais être occupée à me faire botter le cul par quelqu’un. Après les plaisanteries habituelles, je lui ai dit que je m’étais inscrite : “Tu sais que je dois rester belle pour mes hommes”, lui ai-je dit en plaisantant, mais pas trop. Maman en a ri, et elle voulait savoir comment ça s’était passé la première fois, et quels exercices ils m’avaient fait faire. Je lui ai dit : “Plutôt des exercices de salle”, je lui ai répondu avec ironie. Pendant ce temps, l’homme qui était excité que je sois au téléphone avec ma mère me donnait un bon soupir, et à la fin, maman a commencé à percevoir et à comprendre que j’avais de la compagnie. À ce moment-là, elle m’a demandé explicitement si j’avais quelqu’un à proximité. Je lui ai dit : “Plus que proche, je l’ai derrière moi, ma chère… …’ Je n’ai pas fini la phrase, que l’homme a lavé mes intestins avec un litre de sperme bouillant, en arrivant avec un gémissement et un soupir, ‘Troyaaa’ a chuchoté quand le cochon est arrivé. Pendant ce temps, j’essayais de couvrir le téléphone d’une main, et ne laissez pas ma mère entendre, ce que le cochon m’a chuchoté, à cette heure-là tout était déjà silencieux, et sa Troyaaaa, avait rebondi entre les murs de la pièce, comme un cri. Ma mère était silencieuse à ce moment-là, tandis que l’homme se détendait après la balade, et le dur labeur avec sa bite en moi se vidait, jusqu’à la dernière goutte, avant de me quitter et de courir à la salle de bain pour se laver et s’habiller. Il est sorti de ma maison comme un voleur, sans même me dire au revoir. J’étais encore à moitié nu, je suis resté sur le lit pour finir l’appel téléphonique. C’était super… Je lui ai immédiatement parlé sans problème de l’homme qui venait de quitter ma maison, de ce que nous avions fait dans la douche du gymnase et de ce qu’il venait de terminer pendant les trois minutes où j’étais au téléphone avec elle. Maman était de bonne humeur, et elle ne m’a pas raconté les conneries habituelles que je connaissais par cœur, elle voulait savoir qui était l’homme. Je lui ai expliqué que je ne le connaissais même pas, qu’il m’avait ramassée à la salle de sport et que malgré son âge et un peu de ventre, c’était un bel homme et qu’il avait une longue queue bien dure, qu’il m’avait d’abord bien ouverte, puis qu’il m’avait remplie de sperme chaud, qui s’écoulait encore de mon trou. quand ma mère était de bonne humeur, on pouvait tout lui dire et même plus. C’était un conte de fées de pouvoir lui parler dans ces moments-là. quand je l’ai surprise de mauvaise humeur, elle criait et chiait tout le temps. cette nuit-là, j’ai surpris maman de bonne humeur, et j’ai pu lui faire part de mon expérience dès que j’ai fini, au point que je me suis masturbé à nouveau et que j’ai décoché les draps en lui décrivant mon instructeur rudy. je lui ai dit que je voulais essayer de le taquiner, et voir si je pouvais lui faire l’amour aussi, qui sait quelle belle bite doit avoir un gars aussi musclé. Maman m’a mis sur mes gardes, pour ne pas faire d’ennuis et ne pas faire comme d’habitude, mais je l’ai rassurée. Je savais ce que je faisais, et je ne voulais pas m’attirer d’ennuis, alors nous avons terminé notre conversation et posé le téléphone sans fil, je suis allé me nettoyer. Quelques jours plus tard, je revenais toujours au gymnase le soir, j’avais pris l’habitude d’aller au gymnase le soir pour éviter la confusion de l’après-midi. Dès que je suis entrée, Rudy m’a accueillie avec l’habituelle tape sur les fesses et m’a dit : “Je vous ai trouvée, mademoiselle, prête pour un dur labeur ?
Je vais te rouler dessus ce soir”, sa phrase méritait d’être réfutée et je lui ai répondu sur le ton “Peut-être… Je préfère ça en haut, mais…” le gars a éclaté de rire en me disant “Va sur le banc que j’arrive maintenant”. Pendant ce temps, j’ai remarqué l’homme qui m’avait baisé quelques nuits auparavant, me saluant et m’envoyant un baiser, j’ai souri, et comme d’habitude je l’ai ignoré pendant toute la durée de la formation. il me regardait toujours, et je pense qu’il était aussi un peu jaloux de Rudy, qui, lorsqu’il me faisait faire les exercices, me sentait et me tenait, parfois par derrière il me prenait par les hanches, et je sentais un frisson dans le dos, parfois il me tenait les bras ou soulevait les jambes, et cela m’excitait beaucoup. L’homme au ventre devait remarquer mon excitation chaque fois que l’instructeur me touchait. au tapirouland, j’ai remarqué un nouveau venu, mais pas les deux de la dernière fois. après la séance d’entraînement, j’étais comme la dernière fois dans un bain de sueur et de fatigue. J’ai entendu la voix retentissante de Rudy qui criait “OK Stoooop pour ce soir et tout, des douches vous attendent, Bonsoir”. Pendant ce temps, j’ai pris ma serviette, pour essuyer ma sueur, l’homme au ventre s’est approché de moi en me disant au revoir. Je l’ai salué en soupirant, j’étais essoufflé. “Tu m’invites encore chez toi ce soir ?”, dit-il, mais cette fois-ci, je grimaçai, j’inventai une excuse selon laquelle j’étais très fatigué et que j’avais à peine dormi la nuit précédente, peut-être une autre fois. L’homme était déçu, mais il n’insista pas. Il me laissa aller aux douches et ne me suivit pas. Je me suis lavé cette fois-ci rapidement sans me divertir comme la première fois, j’étais vraiment fatigué, à la fin je ne lui avais pas dit un mensonge, je me sentais endormi et épuisé, et je voulais juste rentrer chez moi et m’endormir. l’amour pouvait attendre. c’était une visite inattendue de l’instructeur, il ne se présentait généralement pas dans les douches, ou du moins je ne l’avais jamais vu y entrer avec les autres, je venais juste d’y aller et je ne connaissais pas les règles du lieu. En fait, je l’ai trouvé complètement nu, marchant vers la douche, ouvrant l’eau chaude, et se lavant en me regardant avec un sourire de trou du cul de son cru. mes yeux, bien sûr, étaient fixés sur sa belle queue. sa queue était dressée, et elle était deux fois plus large et aussi longue que celle de l’homme qui me faisait la cour. Wow, Toro da Monta, je me suis dit, Rudy m’a souri, en me fixant, tout en savonnant son corps musclé, puis en criant presque comme pour être entendu par ceux qui étaient encore dehors, a dit : “Ça te plaît ? Je parie que tu n’en as jamais eu d’aussi grand, et il a ri. Quel connard je me suis dit, je ne lui ai pas répondu, même si je devais admettre qu’il avait raison. Je n’en avais vu que des gros comme ça sur des Noirs, en fait. Je l’ai traité d’idiot, et lui ai dit que s’il ne m’avait pas fait assez souffrir ce soir, le garçon a ri et a dit : “tu as un bon corps, mais tu es trop mou, tu dois apprendre à tonifier tes muscles ou tu t’envoleras en poussant. J’ai sauté et j’ai dit : “Pourquoi tu n’essaies pas… pousse-moi, peut-être que je volerai avec toi d’une autre manière, qui sait ?” Je le taquinais clairement avec des doubles sens, ce qui n’a pas échappé au garçon. Alors que je portais mes vêtements, il m’a regardé et m’a dit : “Attends dehors et nous allons parler un peu. Je n’arrivais pas à y croire, je lui ai donné le feu vert avec ma main vitrée et je suis allé me poser, une fois que j’étais prêt et habillé, je l’ai attendu à l’extérieur du gymnase, où l’homme au ventre m’a redemandé et a insisté aussi, si je voulais que l’on me ramène chez moi, je l’ai remercié mais j’ai répondu que Rudy me ramenait chez moi ce soir. l’homme inconsolable et un peu énervé est monté dans sa voiture et est parti. Quand Rudy est sorti et a fermé la herse du gymnase, il m’a demandé si je voulais qu’on me ramène chez moi, et bien sûr j’ai accepté avec plaisir. il avait une belle voiture, grande et spacieuse, pendant que nous allions chez moi, je lui ai demandé ce qu’il pensait de moi. le garçon m’a regardé et m’a dit : “tu es jolie, tu as un beau corps, et tu pourrais me plaire”. il était un peu gai, mais c’est comme ça qu’il était, et son air vantard ne me dérangeait pas. Je lui ai demandé s’il voulait rester avec moi un moment ou s’il était pressé. Il m’a répondu qu’il n’avait rien de prévu, que c’était fait. Quand il est venu vers moi, je l’ai fait entrer, je l’ai conduit dans la chambre à la douce lumière du salon et je l’ai invité à se déshabiller. Le garçon ne m’a pas laissé prier du tout, il s’est mis nu en quelques secondes et m’a rejoint sur le lit. J’ai essayé de plaisanter à ce sujet pour briser la tension qui s’était créée : “Dois-je aussi t’appeler Coach ici ? lui ai-je dit, il a souri en m’offrant sa déjà belle bite en un coup et m’a répondu : “Petite salope, allez, laisse-moi voir ce que tu as”. Je n’ai eu aucun problème à prendre sa grosse bite dans mon poing, et à me la fourrer dans la gorge en la suçant, en éloignant mes longs cheveux d’un côté de mon visage. Pendant que je le suçais, je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer le nombre de veines que sa grosse bite avait en évidence, et non seulement que, avec ses yeux, je courais rapidement sur son corps musculaire nu, il était aussi dur que du marbre, il avait des traits sculptés comme s’ils avaient été dessinés. Je me demandais quel genre d’exercices il pouvait faire pour que son corps soit comme ça, ou si cette masse musculaire n’était pas le fruit d’une simple anabolisation. Pendant que je faisais ces arguments, le garçon semblait apprécier ma bouche, et d’une grande main, il a serré ma tête de haut en bas en me donnant le rythme à suivre. Comme je le répète, je n’ai jamais aimé les palestrati, mais cette expérience avec mon instructeur, je l’ai vraiment beaucoup aimée. le mec était du type classique : un peu grossier mais doux, un peu con et vaniteux de ses muscles, mais bon en dessous, ou du moins c’est ce qu’il m’a semblé lors de la première rencontre, et si vous dites qu’il était aussi bien doté, le tableau se complète de lui-même. il était vraiment résistant, je dois l’admettre, peu de gens pouvaient résister à une de mes pipes, sans me décharger un litre de sperme chaud dans la gorge. cela a semblé me mettre au défi et durer longtemps. mieux alors je me suis dit, ça va être plus marrant. le mec m’a alors fait m’allonger le visage contre l’oreiller du lit, le cul levé et les jambes écartées, je lui ai demandé s’il devait me baiser, ou s’il se préparait pour une de ses leçons de gymnastique, le mec a ri et m’a donné une fessée en me faisant même mal, il avait des mains très lourdes, ce qui juste en te touchant a laissé une marque. Il m’a laissé le stapo des cinq doigts rouges sur ses fesses lisses et blanches. Il m’a pris par les hanches, a pointé sa grande chapelle turgescente directement entre mes fesses, et a poussé petit à petit, en faisant attention à ne pas me faire mal. Comme je l’ai dit, c’était un connard, vaniteux, même un peu rude, mais il savait quand être doux et prudent. J’ai senti cette grande chapelle m’ouvrir littéralement le cul en deux et faire son chemin en moi, jusqu’à ce qu’un second coup coule, qui a laissé entrer presque toute sa bite dans mon cul. J’ai fermé les yeux d’un coup sec, et je n’ai pas pu retenir un seul gémissement de plaisir. Le cochon m’a alors bien attrapé, et a commencé à le déplacer, me martelant d’avant en arrière, alors que je mourais de plaisir, gémissant, soupirant et haletant à chaque poussée. Faire des comparaisons à ce moment-là semblait être une vraie salope, mais devoir comparer le plaisir qui me faisait sentir Rudy, et celui que j’avais ressenti la veille avec l’homme au ventre. c’était comme comparer une tête rouge ferrari, à une de ces voitures de ville, je ne veux pas dire que le gros ventru ne m’avait pas fait plaisir, soyons clairs, bien sûr la différence de taille et de vigueur physique, ça faisait tellement de bien. Je me suis levé en levant la tête en levant la tête vers lui, en appuyant ma main gauche en étendant le bras sur sa cuirasse dure, ce qui m’a fait frissonner, puis je l’ai embrassé sur la bouche, pendant que le cochon me cassait le cul de plus en plus fort, me faisant crier comme une vache. J’ai joui pour la première fois, en salissant le drap, mais nous n’avons pas arrêté. J’avais des poils sur le visage, il les a ramassés dans une queue, et comme si j’étais sa jument avec les rênes, il m’a tiré par les poils pendant qu’il m’arrachait le cul par des coups de queue. J’ai crié à nouveau avec plaisir et un peu de douleur. Il était tard, et je me demandais ce que les voisins allaient penser, car les murs qui communiquaient avec l’appartement voisin du mien étaient minces, où l’on pouvait entendre clairement le moindre bruit en silence, et à ce moment de la soirée, il n’y avait pas de bruits forts, à part mes gémissements, mes cris et mes soupirs. Je pense que celui qui habitait à côté, ces soirées-là, avait assisté à un beau concert de plaisir. Près de ma porte, vivaient des garçons noirs qui étaient clairement des locataires et non des propriétaires. des garçons avec lesquels j’avais déjà fait plusieurs fois la connaissance, donc même s’ils m’entendaient en profiter, cela m’importait peu, en fait, j’espérais qu’ils viendraient rejoindre mon instructeur. on dit toujours “attention à ce que tu souhaites, cela peut se réaliser” …. après un peu de claquement avec des cris, des soupirs et des gémissements de plaisir, voici le fameux désir qui se réalise. j’ai entendu une ou deux fois un léger coup à la porte. Au début, nous pensions que c’était un bruit extérieur, et nous ne l’avons pas remarqué, mais l’insistance à frapper maintenant plus fort et plus fermement, a fait que Rudy s’est arrêté, sans pour autant sortir sa bite de mon cul ; cependant, je l’ai regardé et lui ai demandé ce que je devais faire. Je lui ai probablement répondu que c’était les gars d’à côté, qui étaient venus se plaindre du bruit que nous faisions. Le gars y a pensé pendant une seconde, et au troisième coup, il m’a demandé si la porte était ouverte ou fermée. Je l’avais laissé ouvert, je ne me souvenais pas de l’avoir fermé, alors j’ai répondu que c’était probablement le cas. ENTRER… LA PORTE S’OUVRE”. Maintenant qu’il est responsable chez moi, je me demande ce qu’il va faire, mais je l’avais peut-être déjà compris. la porte s’ouvre”, et des voix parlant italien répondent “Perimiesso…”. nous entendons la porte se refermer, et en quelques secondes, deux noirs que je connais bien, regardent la porte de la chambre, me surprennent encore allongé, avec la bite de Rudy encore bien enfoncée dans le cul. Bonjour… Je suis désolé… mais c’était trop d’ennuis… s’il entendait tout ce qui se passait là-bas…” étaient les mots d’un des deux noirs. J’ai essayé de m’excuser, mais Rudy ne m’a pas laissé parler, il a dit : “Rejoignez-nous, donnez-nous une place pour vous aussi… “J’ai failli avoir une crise cardiaque quand je l’ai entendu prononcer ces mots. Les deux premiers ont refusé, hésitants, “invitons des amis… faites des projets, baisez les projets”, mais à la nouvelle invitation de Rudy, l’un d’eux a été convaincu, entraînant l’autre. Il a enlevé sa chemise et son pantalon, et s’est retrouvé nu en une seconde, pendant que l’autre disait quelque chose dans sa langue. L’autre nu, il répondait toujours sans que moi ou mon instructeur ne comprenions un seul mot, puis l’autre s’est aussi convaincu, il s’est aussi déshabillé, est monté sur le lit avec nous, et s’est tenu devant moi sur le lit, avec leurs belles bites dures et noires pour que je les goûte. Que pourrais-je faire maintenant ?
J’ai nourri l’un d’eux, puis j’ai essayé de me masturber d’une main, en tenant l’autre avec le bras, tandis que Rudy avait recommencé à me plumer, heureux de cette nouvelle compagnie. l’instructeur semblait s’amuser beaucoup plus que moi maintenant, tandis que j’étais très occupé et concentré sur mon devoir de Troyen avec les trois. Sans crier gare, Rudy a soudain sorti sa belle bite de mon cul, qui est maintenant bien ouvert, et m’a fait brûler le trou. Il a à peine réussi à me faire changer de position, car mes jambes étaient engourdies, il m’a fait m’allonger sur le côté, a laissé la place à l’un des deux noirs, qui s’est assis derrière moi sans souffler, en levant une jambe et en plantant sa bite en moi. Je n’ai ressenti aucune douleur, juste un peu de brûlure gênante, avant de retourner en profiter en masturbant l’autre noir avec ma main libre et en nourrissant la grosse bite du gitan Rudy. qui avait été dans mon cul jusqu’à peu de temps avant et qui portait encore le goût de mes humeurs. Soyons clairs, j’ai toujours été une fille très propre, et j’ai toujours été une bonne hygiéniste avant de me faire baiser, mais je pouvais aussi profiter du cul, parfois je pouvais avoir un peu de liquide par derrière comme par devant, et maintenant je goûtais le goût sur la bite de mon instructeur, pendant que le noir me pompait comme un taureau par derrière. J’ai crié, gémi et j’ai de nouveau pris du plaisir, mais cette fois, cela ne semblait pas intéresser les deux noirs, que j’ai crié et dérangé leurs amis de l’autre côté. Les deux ont pris le relais, et peu après, l’autre était en moi, me pompant dans la même position avec la jambe en l’air, et traînant sur le côté dans le lit. J’ai joui pour la deuxième fois. Cette fois, Rudy s’en est aperçu, il a ramassé mon sperme et m’a fait lécher sa grosse main. c’était un spectacle de les voir tous les trois nus sur moi, les deux voisins noirs étaient magnifiques, et le physique musclé de mon instructeur ajoutait de la beauté à la splendeur. c’était comme avoir des bronzes de riace tout pour moi. un rêve que j’aurais aimé partager avec ma mère. Qui sait si je l’aurais trouvée éveillée à cette heure-là, et qui sait si j’aurais pu la maintenir clouée au téléphone pendant que je me faisais écraser par ces trois merveilleux gars nus. J’ai demandé à mon Coach de me passer le téléphone sans fil qui était à quelques centimètres de nous sur la tête de lit. Le garçon m’a demandé pourquoi j’en avais besoin, c’était incroyable comme il était con, il voulait me donner des ordres et me baiser dans ma propre maison. Je lui ai dit que je voulais essayer d’appeler ma mère, le garçon devenait de plus en plus con, il m’a demandé où était le numéro, il l’a appelée, je n’avais pas besoin de me distraire et de penser aux deux noirs que je portais. il a trouvé le numéro dans l’annuaire, il a composé et a attendu les sonneries. Un… Deux… …trois… …quatre… Cinq… sur la sixième sonnerie, maman a finalement répondu “Oui ? Allô ?”, elle l’a fait, le professeur a mis le haut-parleur et il a parlé le premier, demandant le nom de ma mère. J’ai murmuré le nom presque en gémissant de plaisir, et le cochon a dit à haute voix : “Allô ? Bonsoir Mme Maria… je m’appelle Rudy, je suis l’instructeur du gymnase que votre fille fréquente… Le cochon a essayé d’être gentil, mais je ne savais pas où il allait. “Ecoute… je voulais juste te faire savoir, et excusez mon langage Combien ta fille est une salope…” Maman voulait savoir ce que je faisais, elle semblait plus inquiète qu’énervée. Rudy a poursuivi : “Madame, votre fille m’a non seulement invité chez elle pour que je lui ouvre le cul, mais elle est actuellement occupée avec ses deux voisins noirs, alors écoutez si je mens… J’ai essayé de me retenir, mais le Noir derrière moi a commencé à me frapper le cul, ce qui m’a fait me branler, et inévitablement j’ai crié et gémi de plaisir. Rudy m’a dit : “Maman, écoute-toi, tu ne veux pas l’appeler ?” Bien sûr, c’était un beau salaud, mais je pouvais lui donner, c’est ce que je voulais et je cherchais, je devenais fou de plaisir, et à ce moment-là, pourquoi le prendre ? Je pouvais jouer le jeu à la place, alors je l’ai fait, j’ai commencé à me laisser aller du mieux que je pouvais en criant, en soupirant, en gémissant, à ce moment-là, Rudy l’entraîneur est intervenu à nouveau : “Vous écoutez Mme Maria ? Bien sûr, il a donné naissance à une fille de TROIAN…’ et il l’a dit en me criant dessus. mon excitation avait maintenant dépassé les bornes, et j’ai encore éclaboussé, pulvérisant comme un fondant, tandis que de derrière les deux noirs essayaient de briser ce qui restait de mon pauvre cul. Je ne me souviens pas exactement de ce que maman a dit à ces déclarations de Rudy, vous comprendrez pourquoi je ne m’en souviens pas, j’étais occupée à m’amuser comme une pute de rue, sans parler de ce que maman a dit à l’époque. Je me souviens plutôt du coach qui n’arrêtait pas de me baiser au téléphone avec elle, lui disant plusieurs fois quelle vache et quelle salope j’étais. Je ne me souviens pas avoir jamais entendu autant de gros mots me dire un soir, et avoir écouté ma mère. mais je vous assure que ça s’est passé comme ça. Je pense, mais je n’en suis pas sûr, que j’ai entendu dans le haut-parleur du Cordless, Mère dire qu’elle voulait me parler, et qu’elle ne voulait plus écouter les jurons qui sortaient de la bouche de ce garçon. Mais comme je le répète, je n’en suis pas sûr, étant donné que j’étais trop extatique pour prêter attention à ce que Mère disait ou criait au téléphone avec Rudy. Je me souviens au contraire que les deux Voisins Noirs, finalement vidés après m’avoir mis en pièces avec leurs belles bites noires, et m’avoir fait devenir afona, à force de gémir et de jouir, j’avais aussi perdu une demi-voix. Quand un flot de sperme chaud a lavé mon intestin, j’ai réalisé qu’un des deux noirs se vidait finalement en moi, tandis que l’autre noir était devant moi avec sa belle bite dans la gorge, et lui aussi, vidant ses couilles et me forçant à avaler tout le sperme. Le professeur de gym de l’entraîneur, en revanche, a poursuivi sa conversation malsaine avec maman, en lui racontant ce que les deux voisins me faisaient. Nous sommes arrivés à la fin Madame, ici ils la remplissent de sperme, uuuuh comment elle avale tout ce qui est vache, vous devriez la voir vous savez… Madame Maria, vraiment une Grande Pute, et elle devrait en être fière. Je ne sais pas dans quelle mesure ma mère a écouté toutes ces choses, puisque je ne l’ai plus entendue, mais je suis sûre qu’elle l’a fait au moins en partie. Rudy a soudain dit : “Maintenant, je vais vous dire au revoir, madame, ce fut un plaisir de vous rencontrer, je vais finir de remplir le cul de cette salope, et ensuite nous irons tous nous coucher” C’est alors qu’il a brusquement mis fin à l’appel, a jeté le téléphone sans fil sur le côté du lit, se sciant sur mon visage jusqu’à ce qu’il vienne me remplir aussi, debout sur le lit, tandis qu’avec une grande main, il me tenait la tête immobile. J’étais morte d’épuisement, pleine de sperme de chaque côté, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de mon cul, tandis qu’elles descendaient toutes les trois du lit, courant vers la salle de bain pour se laver sans me dire un mot, me laissant dans les draps mouillés et sales de leur sperme. Ils se sont habillés en vitesse, et avant de sortir par la porte d’entrée, Rudy m’a salué comme ceci : “Ah merci pour l’invitation, à demain soir au gymnase Troietta”. Les deux autres noirs n’ont même pas daigné ouvrir la bouche, ils ont suivi le coach dehors et ont fermé la porte derrière eux. Je suis resté là épuisé, plein de sperme, le souffle court, sans voix, je crois que je me suis endormi aussi, parce que je me suis réveillé le matin après l’aube. La première chose que j’ai faite dès mon réveil a été de savoir si j’en avais rêvé ou si c’était vraiment arrivé. J’ai essayé de me lever, et mon cul me faisait si mal que j’ai passé ma main et j’ai vu qu’elle était si large que toute ma main s’est enfoncée dedans jusqu’à mon poignet. Je n’ai jamais pu supporter la pratique du Fisting, alors c’était dégoûtant, j’ai laissé faire et j’ai essayé de me lever et de tout réparer, y compris le lit. Une fois que j’ai repris mes esprits et que je me suis calmé, même si c’était encore douloureux, j’ai posé le problème à maman, de la façon dont j’avais fait pour me justifier, cette fois je pense qu’elle l’aurait très mal pris, et j’ai essayé sans succès de trouver une excuse plausible pour ce qui s’était passé cette nuit-là. je ne suis jamais retourné à la gym, je ne voulais pas revoir ce salaud de rudy, même s’il m’avait fait jouir comme jamais auparavant, il s’était mal comporté chez moi. et je ne lui aurais pas pardonné cela. il doit toujours y avoir un minimum de respect. à ce moment-là, je préférais repenser aux douces manières de l’homme au ventre creux de 50 ans, plutôt qu’aux manières grossières et peu courtoises du gymnaste. je n’avais pas le courage de faire face à ma mère, et j’avais peur de l’avoir perdue une fois pour toutes. après ce qu’elle avait entendu sur moi, comment pouvais-je retourner lui parler ? c’est elle qui m’a fait changer d’avis, en m’appelant tard ce matin-là vers l’heure du déjeuner. quand j’ai décroché le téléphone, j’ai presque bégayé sans voix un murmure ‘M…amma… c’est toi ?… Bien sûr que c’était elle, et j’ai dû supporter, comme je l’imaginais, un bon lavage de tête, de l’écouter en silence pendant plus d’une demi-heure, me disant qu’elle en avait assez d’entendre de telles saletés, qu’elle en avait assez de me céder à toutes les conneries que je faisais, qu’elle en avait assez de ceci et de cela. Elle avait toutes les raisons du monde, je ne le nierai pas, mais… au lieu de penser à ce qu’elle me disait, je me suis retrouvée avec mon vernis à ongles, à me masturber, à me branler pendant que maman parlait, à me répéter ce qu’elle avait dû entendre de ce garçon le soir même. elle a même réussi à jouir en silence en pulvérisant sur le sol, tout en continuant à babiller. elle avait raison, elle et Rudy étaient tous deux à la fin, j’étais une vraie salope, et je l’avais prouvé à plusieurs reprises, et cela n’a pas fait exception. c’était ma nature, que pouvais-je faire ? mais en même temps, j’étais tellement excitée qu’elle sache ce que je faisais. Peut-être que j’étais malade dans la tête, mais c’était comme ça, et je ne pouvais rien y faire. J’aimais être une salope, prendre des bites était ma raison de vivre, les entendre se vider à l’intérieur et sur moi, me rendait folle, et m’entendre traiter de salope, de salope, de sale vache, me rendait folle. À la fin de l’appel, maman a dit qu’elle en supporterait assez, et qu’à partir de maintenant elle aurait des problèmes si je l’embêtais encore. Je pouvais faire en sorte que n’importe quel homme fasse ce que je voulais pour elle, mais qu’il ne s’agissait que de moi, et non plus d’elle. J’ai aussi mis fin à l’appel téléphonique assez brusquement pour me consoler, j’ai choisi de me masturber à nouveau, et de me masturber une seconde fois sur le sol du salon. Désormais, j’aurais continué seul sans la complicité de ma mère, mais cela ne m’aurait pas arrêté, et je pensais déjà, que l’après-midi, je pourrais rendre visite au reste des noirs qui ne m’avaient pas rendu visite hier soir, mes beaux voisins noirs.